OMAN, des Hommes entre Montagnes, Mer et Dunes

OMAN, des Hommes entre Montagnes, Mer et Dunes

Attaché à son prestigieux passé, riche de chapitres légendaires dont les héros sont Sinbad le marin ou encore la reine de Saba, Oman a su préserver sa culture, ses valeurs et ses traditions. Longtemps plaque tournante du commerce entre l’Orient et l’Occident, le pays se distingue par une unique tradition d’ouverture et d’accueil.

Vu du ciel, on sent déjà que ce pays offre quelque chose de différent. Les premiers contacts sont faciles et très chaleureux, les gens très accueillants. Avec une multitude d’anciens forts, la capitale, Mascate, échappe encore aux grandes transformations opérées par ses voisins du Golfe. Ici pas de gratte-ciel, le Sultanat d’Oman demeure l’un des pays les plus traditionnels du Golfe, et surement le plus tolérant et le plus ouvert sur l’extérieur. Entre mer, montagnes et dunes, les paysages sont spectaculaires.

Du XVIIe au XIXe siècle, le Sultanat fut une puissance impériale. Il disputa au Portugal, puis à l’Angleterre, le contrôle du golfe Persique, de l’océan Indien et des côtes de l’Inde et de l’Afrique orientale. Depuis l’accession au pouvoir du sultan Qabus ibn Saïd, en 1970, le pays a connu un développement spectaculaire grâce à ses réserves pétrolières. La qualité des routes est remarquable pour un aussi grand pays peuplé par 3 millions d’habitants seulement.

 

Faits marquants

L’hospitalité, la générosité et la disponibilité des Omanais. Ils proposent rapidement leur numéro de téléphone en cas de besoin, et vous offrent assez facilement ce qu’ils possèdent. A deux endroits différents, des pêcheurs nous ont offert des poissons. Alors que nous campions sur une plage, nous nous sommes ainsi vu offrir pas moins d’une dizaine de kilos de rougets, de quoi tenir plusieurs jours ! D’autres nous ont invités chez eux. Dans les rues, pas de terrasse de café version Maghreb, les omanais préfèrent se retrouver entre amis, tapis par terre autour de café à la cardamone et de dates écrasées, … Ne pas hésiter à aller les voir. Les Omanais apprécient vraiment les rencontres, ne serait-ce que pour de rapides présentations ou un simple échange de poignée de main. Parler arabe est néanmoins indispensable.

Oman_hommes_omanais_durant_une_réunion

(١) Oman – des hommes omanais durant une réunion

 

Religion : L’invitation du prophète Mohammed (pbsl**) des Omanais à embrasser l’islam a modifié le cours de leur histoire. C’était aux environs de l’année 630 (8e année de l’Hégire) que le compagnon Amr Ibn al-As est arrivé à Oman portant une lettre du Prophète (pbsl**) à Abd et Jaifar, les deux fils d’al-Julanda, qui régnaient sur Oman conjointement. Après avoir embrassé l’islam, ils ont joué un rôle important dans la défaite des Perses face aux Musulmans. (1)

Il y a des mosquées partout et les petits panneaux de « rappels du Créateur » sur les routes et aux feux rouges vous feront gagner un max de hassanates, vous les remercierez surement un Jour.

Langue : L’arabe est indispensable, peu de gens parlent anglais à part les indiens qui s’occupent des petits commerces, alimentations, coffee shops,… Même si les Omanais se distinguent des autres par leur tenue vestimentaire et surtout leur chapeau traditionnel, il existe une communication avec les travailleurs étrangers, surtout les indiens.

Paysages magnifiques : Entre mer, dunes et montagne, on est gâté. La température atteint 30° en hiver et 0° à certains endroits en altitude et plus de 45° en été. Le pays est très propre, on trouve des bennes à ordure dans des endroits où on se demande si l’homme est déjà  passé par ici. Assurément un exemple à suivre !

Sécurité : On se sent très en sécurité, même dans le désert. On n’aperçoit la police nulle part : On se demande même s’il y’en a une. Après tout, à quoi servirait-elle ?

Conseil : A votre arrivée à Mascate, louez une voiture 20€ / 60-80€ le 4×4 indispensable pour le désert, à moins de 0,20€ le litre de gasoil, ça en vaut la peine, d’autant que le transport en commun est très limité entre les villes.

Notre parcours en 8 jours : Sib – Mascate – Fins – Wadi Shab – Wadi Tiwi – Sur – Al Hadd – AL Hadd – Raz Al Jinz – Wadi Bani Khalid – Badiyah – désert de Wahiba – Nizwa – Mascate.

Mon_Parcours_Oman

(٢) Mon Parcours à Oman

Villes incontournables

MASCATE

Cette ville enchante ses visiteurs. Son charme tient sans doute à son atmosphère plus authentique que les capitales voisines. Elle s’étend sur plus de 50 kilomètres, avec 3 districts qui forment le cœur de la capitale : Mascate (le quartier du vieux port, abrite le principal palais du sultan), Mutra (principale zone portuaire, à la fois commerçante et résidentielle) et Ruwi (secteur commercial moderne de la capitale). Les trois forts de Mascate, dans leur forme actuelle, datent des années 1580 et de l’occupation de la ville par les Portugais.

Le Musée d’Oman, situé dans la Médina Qabus à l’ouest de Mascate, présente un vaste panorama des 5000 ans d’histoire du sultanat avec notamment des expositions sur l’islam, la construction navale et l’architecture des forts. À Ruwi, le Musée national renferme une étonnante collection d’objets en argent. Quant au musée des Forces armées du sultan, dans le fort de Bait al-Falaj, il donne un excellent aperçu de l’histoire omanaise.

Ce qui attire particulièrement les visiteurs, c’est la mosquée du sultan Qabus. Son architecture est impressionnante. La mosquée fut construite en 2001, après plus de 6 années de travaux. Elle peut accueillir plus de 20,000 fidèles.

A l’intérieur, un gigantesque tapis tissé à la main embellis le sol : Il mesure 70 x 60 m et pèse 21 tonnes. Les fils de laine et de coton sont déclinés en 28 couleurs dont la plupart ont été obtenues à partir de teintures végétales. Pour réaliser les 1,7 milliard nœuds de ce tapis, 600 tisserandes ont travaillés ensemble pendant quatre années, combinant les styles traditionnels persans de Tabriz, Kushan et Ispahan.

L’éclairage est composé de 35 lustres en cristal Swarovski et en métal plaqué or. Le plus spectaculaire est le lustre central de la grande salle de prières. Son diamètre est de 8 mètres, sa hauteur de 14 mètres, et pèse 8 tonnes. Il est composé de 1 122 ampoules.

Seuls les musulmans peuvent accéder à l’intérieur de l’édifice. Il faut au-moins une bonne demi-journée  pour une visite correcte, d’autres y passe une journée complète pour bien comprendre son architecture et l’histoire que l’édifice essaie de représenter.

Sultan_Qabus_Mosque_Muscat

(٣) Mosquée du Sultan Qabus à Muscate

On ne s’attarde pas plus de 2 jours à Mascate, le meilleur est à venir…

 

SALALAH et MOSSANDAM, Deux villes à l’extrême

Deuxième ville du pays, Salalah offre un contraste frappant avec Mascate. C’est quasiment le seul endroit d’Arabie qui reçoit la mousson d’été indienne et c’est également le meilleur point de départ pour explorer les villages et les sites archéologiques du sud omanais. Les ruines d’Al-Balid, site de l’ancienne cité de Zafar, qui fut un port de commerce florissant aux XIe et XIIe siècles.

On y trouve également deux tombeaux de prophètes : Celui de ‘Imran (‘AS*), l’oncle de Jésus (‘AS*) et celui de Ayub (‘AS*) qui est à 40km de Salalah. Le tombeau de ‘Imran mesure 33m de long. Quant à leur véracité, on vous répondra « les gens disent que… Wallahu a’lam (seul Dieu est savant)». Salalah reste  une des destinations estivales favorites des Omanais pour profiter de sa fraicheur.

A voir aussi,

  • Le Wadi Darbat, l’une des plus belles vallées de la péninsule arabique.
  • De plages magnifiques longent la route de Mughsail, tout proche de Salalah.

Mossandam au Nord. Cette ville est sans doute le joyau le mieux protégé du sultanat. Avec ses eaux claires, ses plages nichées dans de paisibles baies, ses montagnes et sa nature intacte, c’est un endroit idéal pour se baigner. La traversée en boutre pour admirer le rivage déchiqueté en compagnie des dauphins et des cormorans reste une expérience exceptionnelle.

Oman_Traversée_en_Boutre

(٤) Oman_Traversée en Boutre

 

NIZWA

La ville de Nizwa est devenue récemment l’un des principaux centres touristiques d’Oman. Le fort de Nizwa fut construit au milieu du XVIIe siècle par le Sultan Ibn Sayf, premier imam de la dynastie des Al-Ya’rubi. Résidence principale de l’imamat pendant les trois siècles suivants, il servit à la fois de palais, de siège du gouvernement et de prison. L’autre attraction de Nizwa reste son souk qui a gardé toute sa couleur et sa vitalité malgré son transfert dans un quartier plus moderne de la ville.

Autour de Nizwa vous y trouverez Jabal Akhdar et Wadi Shams, deux lieux très appréciés par les Omanais.

CÔTE DE BATINA

Comptez facilement 2 ou 3 jours pour visiter la bande côtière du Nord d’Oman. Barka, à une centaine de km à l’ouest de Mascate, abrite un fort et une demeure restaurée qui donne une bonne idée de la vie des riches Omanais il y a quelques générations. Sohar, à 150 km de là, port d’origine du célèbre héros du roman Sinbad le marin, est un lieu chargé d’histoire. Il y a mille ans, la ville occupait trois fois sa superficie actuelle et était la première du pays. Au contraire des forts couleur de terre qui prédominent dans le pays, le fort de Sohar offre la vision surprenante d’un bâtiment rectangulaire blanchi à la chaux, d’où s’élève une tour unique. En quittant Barka vers l’intérieur, la ville de Nakal, dotée d’un fort impressionnant, possède également une source, l’A’Thorwara, qui jaillit dans un oued avant de former un ruisseau et une petite oasis offrant un endroit idéal pour se balader et pique-niquer. À 180 km à l’ouest de Mascate, Rustaq, surtout connue en raison de son imposant fort, fut la capitale d’Oman au Moyen Âge.

SUR

En direction de Sur prenez le temps de camper sur la plage. Entre mer et montagne les paysages sont magnifiques. Le lever et le coucher du soleil offrent une ambiance unique pour la méditation. De loin l’un des endroits préféré du séjour !

Sur possède de nombreux charmes, à commencer par sa situation presque idéale. C’est une ville tranquille, abritant des forts impressionnants, un musée de la Marine et un chantier naval où sont fabriqués des bateaux de pêche traditionnels. De superbes plages désertes s’étendent à proximité. Nous avons installé nos tentes, achetées la veille dans un supermarché à Mascate, sur une plage à quelques kilomètres de Fins, en compagnie de nos amis toulousains et de leur petite princesse agée de 2 ans. Je comptais bien-sûr sur mes talents de pêcheur acquis durant mon enfance 25 ans plus tôt pour assovir 5 estomacs affamés. Heureusement qu’un village ne se trouvait qu’à 5 km. Des chèvres à l’allure de chérifs faisaient leurs tournées autour de l’alimentation et du coffee shop indien, qui préparait à la demande de succulents « paratas » qui nous ont bien rendu service. Un groupe de pêcheurs nous a ensuite offert une quantité considérable de poissons – de quoi tenir au moins 2 à 3 jours.

Les chèvres rentrent au Village_près de Sur à Oman_Grant Eaton

(٥) Les chèvres rentrent au Village_près de Sur à Oman

Si on se rend jusqu’à Sur, c’est bien pour les paysages uniques que nous offrent les wadis de la région (Wadi Bani Cheb, Wadi Tiwi et Wadi Bani Khalid), des oasis magnifiques pour marcher, grimper, pique-niquer, photographier et se baigner : Nous avons fait de très belles rencontres, notamment Abdul ‘Aziz et sa fille deux réunionnais dont je connais des membres de la famille à Paris ! Nous avons passé les 2 jours qui nous restaient sur place en leur compagnie.

Oman_Wadi_Bani_Khalid

(٦) Oman_Wadi Bani Khalid

Si vous arrivez en saison, vous pourrez admirer un spectacle en pleine nature dans les réserves de tortues à Ras al Jinz et Ras al Had. Nous nous sommes bien présenté à l’endroit, mais hors saison ! Du coup, nous n’avons vu que les trous d’un mètre de diamètre laissés par quelques femelles venues pondre leurs œufs. Nous avons profité de ce moment sur la plage pour sympathiser avec de jeunes étudiants venus de Mascate pour prendre l’air durant le week-end.

LE DÉSERT ROUGE DE WAHIBA

Sur plus de 200 km de long, au nord-est d’Oman, une mer de dunes forme un vrai désert de sable rouge-orange, où vivent les Bédouins. Accessible depuis Badiya ou Al-Mintirib en 4×4, cette splendide région nécessitait cependant une certaine préparation ou un minimum d’expérience de conduite dans les dunes de sable. On pouvait également faire appel à des guides locaux qui organisaient des excursions d’une journée. D’ailleurs, dès notre arrivée à Badiya, à l’entrée du désert, au moment où notre véhicule commençait à se frotter aux premiers grains de sable, un 4×4 nous faisait signe, et s’arrêtait à notre niveau. Un homme aimable, dans un mélange d’arabe et d’anglais, nous proposait son numéro de téléphone en cas de besoin, avant de nous inviter dans sa famille pour passer la nuit. Se rendre chez des habitants n’est pas vraiment nos habitudes. Ce n’est pas par peur, mais surtout l’éducation et la culture transmise par nos parents d’origine maghrébine. On ne va pas chez les autres, nous savons ce que vit une famille pauvre ou modeste. Nous apprécions le geste, mais n’avons pas encore intégré ce désir des voyageurs occidentaux de toujours vouloir s’introduire dans les familles des  autochtones. Chose qu’eux-mêmes refuse de faire dans leur pays. Il est certain que j’ai eu quelques regrets surtout quand un ami chinois converti à l’islam me raconte ses invitations : une invitation à un mariage, une autre pour la célébration d’une naissance, dégustation d’un thé avec des soldats omanais…et quelques mois après pour l’Aid, la fête du sacrifice.

Désert_Wahiba_Oman

(٧) Le soleil se lève sur le désert de Wahiba, Oman

 

C’est donc dans le silence de la nuit, éclairée par cette lumière tamisée de la pleine lune, que nous pénétrions dans le désert à la recherche d’un campement qu’on ne trouvera finalement jamais. Au bout de deux heures de route dans les dunes, mon épouse enceinte de 5 mois souffrait des contractions provoquées par les balancements du 4×4. L’homme qui ne ressent pas ces douleurs ne peut comprendre les risques qu’encourt le bébé. Nous décidions enfin de marque l’arrêt, tant pis pour le campement, il y’avait urgence, surtout avec 2 femmes enceintes. Alors que nous montions nos tentes, pendant que nos épouses nous éclairent avec des torches de poche, un 4×4 s’approchait de nous, un groupe de français également à la recherche de ce même campement. Aucune bonne indication à leur offrir, ils décidaient de continuer leur recherche. A cet endroit nous étions loin des agitations de la ville. Le cœur se tranquillisait. Un moment fabuleux. Pourvu que ça dure et que le sommeil ne vienne pas mettre fin à cette douceur. La nuit était finalement courte. Pour rien au monde je me recoucherai après la prière de l’aube. Il faisait froid, nous décidions d’allumer un feu en attendant le lever du soleil. Une heure après, voilà enfin ce moment magique ! Au loin le soleil se levait à l’Est, traversant les dunes, les unes après les autres. Sublime rappel du Créateur qui nous offre une nouvelle fois Sa lumière, de jour comme de nuit. Un décor qui évoque 3 choses :

  • Le lever du soleil est un nouveau jour, le jour précédent avec qui nous avons partagé beaucoup de choses est déjà mort et ne reviendra plus. Il reviendra sans doute un jour pour témoigner pour nous ou contre nous. Selon Al Hassan Al Basri : « A chaque lever du soleil, le jour dit : « Ô gens, je suis un nouveau jour, témoin de votre travail, alors exploitez moi car je ne reviendrai que le jour du jugement…».
  • Le voyage de notre Prophète d’Ibrahim (‘AS) lorsqu’il défia le roi Nemrod en lui prouvant l’existence du Créateur : « Puisque mon Dieu fait venir le soleil du levant, si tu es si puissant, fais-le venir du couchant » (2).
  • Le jour annonciateur d’un évènement terrible où le soleil se lèvera à l’Ouest, marquant la fin de toute possible repentance.

Le soleil poursuivant son ascension, un troupeau de chameau n’a pas manqué l’occasion de venir nous saluer et nous rappeler que nous sommes les bienvenues. Restez autant que vous le souhaitez, semblaient-ils nous dire. Au vu de leur insistance et refus de s’éloigner nous comprenions plutôt le contraire. Nous nous sommes empressé de rassembler nos affaires, partager quelques paroles et photos avec leur maître, un berger du Bangladesh, qui nous invita à rester plus longtemps.

C’est avec un petit pincement au cœur que nous quittons le désert de Wahiba… J’ai toujours du mal à me séparer d’un endroit où l’accueil a été aussi chaleureux, un sentiment d’avoir manqué quelque chose. J’ai une pensée pour les marchands qui nous ont précédé sur ces routes. Ils n’avaient surement pas mes états d’âme ni le confort d’un 4×4. Pour eux la seule préoccupation c’était d’atteindre leur but, réaliser de fructueuses affaires puis revenir au plus vite auprès de leur famille.

On grimpe dans la voiture alors que le soleil monte vers le Zénith emportant précipitamment la température avec lui. Quel contraste avec cette lumière tamisée de la lune à notre arrivée. Finalement on comprend bien que «C’est Lui qui a fait du Soleil une clarté et de la lune une lumière (…)» (3). Le terme arabe utilisé pour le soleil dans ce verset du Coran est diyã dans le sens de ce qui éclaire avec intensité, tandis que pour la lune c’est plutôt le terme nûr qui est usité pour désigner une lumière sans chaleur. Ce qui signifie que le soleil, par sa lumière, dégage une chaleur et est susceptible de brûler, contrairement à la lune qui éclaire et génère aucun de ces effets que l’on attribue au soleil.

Notes :

  • (pbsl**) Paix et bénédiction sur lui
  • (‘AS*) ‘Alayhi salam = Salut sur lui
  • (1) History of Oman (Embassy of the Sultanate of OMAN) : http://www.omancdin.com/in-oman.htm
  • (2) Coran, Sourate 2 – verset 258
  • (3) Coran, Sourate 10 Jonas – verset 5. Explication du verset : L’Humilité dans la Prière, Moustapha Kastit, Ed. Renouveau.
  • Photos
    • (١) Oman – des hommes omanais durant une réunion_Cr. Tribes of the World_Flickr-CC
    • (٢) Mon Parcours à Oman_Cr.Murat
    • (٣) Mosquée du Sultan Qabus à Muscate_Cr.Dan_Flickr-CC
    • (٤) Oman_Traversée en Boutre_Cr.L Nibuloni_Flickr-CC
    • (٥) Les chèvres rentrent au Village_près de Sur à Oman_Grant Eaton_Flickr-CC
    • (٦) Oman_Wadi Bani Khalid_Cr.M.Cureg_Flickr-CC
    • (٧) Le soleile se lève sur le désert de Wahiba, Oman_CR.L.Nebuloni_Flickr-CC

LAISSER UN COMMENTAIRE